Blood Diary
Bienvenue à Midnights !

Pour vous inscrire, veillez à bien lire le contexte et les vieux livres.

Je vous souhaites une bonne visite ^^

Attention, ceci est un forum yaoi NC-18.

Mathew Klhay.


Forum Yaoi-Yuri-Hentai NC-18 //OPTIMISE POUR FIREFOX\\
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Victorica Vespertatia

Aller en bas 
AuteurMessage
Victorica Vespertatia
The Rebel Lady
The Rebel Lady
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 24/04/2012

MessageSujet: Victorica Vespertatia   Mer 25 Avr - 16:20


Nom : Vespertatia
Prénom : Victorica
Surnoms : Vic', Vicky, Vica'
Age : 19 ans en apparence et 24 ans en réalité
Race : Dhampire
Groupe : Civil
Sexe : Féminin
Statut : Danseuse
Sexualité : Bisexuelle


Physique :
Mignonne, sulfureuse, féline, sexy et j'en passe. Ce sont souvent les mots employés pour décrire la rouquine. Car en effet, Victorica n'a pas un physique des plus affreux, bien au contraire. Sa silhouette harmonieuse, élancée, à la fois fine et bien dessinée font tourner la tête à bien des personnes, que ce soit à la gente masculine ou bien même féminine. Vic' est de taille moyenne, ni petite, ni immense non plus, atteignant un bon mètre soixante dix sans ses bottines à talons pour un poids de quarante sept kilos, on peut donc la qualifier de « poids plume ». Ayant des membres longs et fins mais robustes, une poitrine plutôt généreuse sans être trop prononcée, des hanches bien arrondies et de belles petites fesses bien fermes, Victorica a bien la carrure d'une danseuse. Mais ne vous fiez pas aux apparences, la rouquine n'est pas frêle et fragile comme on pourrait le croire. La danse et la gymnastique qu'elle pratique depuis sa plus tendre enfance lui ont permit d'avoir une sacrée force dans les bras comme dans les jambes.
Passons à son visage, au teint pâle qu'on pourrait qualifier de cadavérique, aussi blanc que ceux des poupées de porcelaine. Elle possède de grands yeux noirs, obscurs et pétillants, pleins de malice et de vivacité surmontés de longs cils tout aussi sombres. Victorica passe souvent un petit coup de mascara, un trait d'eye liner ainsi que du fard à paupière noir pour les faire ressortir, étant assez coquette. Au dessus de ses yeux, sont situés de fins sourcils où on peut voir son piercing sur celui de gauche, fraichement réalisé à l'occasion de ses dix huit ans.
Un petit nez fin, peu prononcé et des lèvres légèrement pulpeuses et rosées, termine son visage encadré de sa longue tignasse d'un rouge vif et flamboyant, certainement ce qui est le plus caractéristique dans l'apparence physique de celle-ci. Sachez tout de même que ce n'est pas sa couleur naturelle, à l'origine Victorica possède une chevelure noire semblable aux plumes d'un corbeau. Mais cette couleur, étant loin d'être discrète et banale, convient parfaitement à la jeune danseuse. Soyeux lorsqu'on y passe la main, épais et descendant en cascade, formant une pointe jusque dans le bas de son dos. Vic' s'amuse souvent à essayer des coiffures quelques peu originales comme deux couettes de chaque côté de sa tête, laissant sa frange descendre le long de son front, ou bien tout simplement une queue de cheval avec de fines petites tresses éparpillées dans sa tignasse rousse. Bien que la plupart du temps, elle les laisse détacher, faute de temps.
Il ne reste plus que son style vestimentaire, non loin d'être banal également et plutôt orienté Rock voir Punk bien qu'on peut la voir en Gothic Lolita également. En tout cas, vous ne la verrez jamais porter de tailleur ou bien des robes à froufrous, ça, très peu pour la rouquine ! Sa tenue habituelle, est souvent composée d'un débardeur déchiré, ou de corsets noirs à rubans en soie accordés à merveille avec un jean moulant en cuir noir surmontés de chaînes ainsi que de petites bottines à talons hauts dont Victorica apprécie les claquements sur le sol à chacun de ses pas. Aimant l'excentricité, il lui arrive de porter des mitaines en dentelle noire, des chapelets en perles noires, des vestes à clous, ou encore même une ombrelle en dentelle noire l'été. Il n'y a quasiment aucune limite avec la rouquine. Bien sûr ce style change complètement lors de ces représentations de danse, le plus souvent organisées dans des cabarets ou bien des bars. Portant des tenues souvent légères, et même explicites pour avoir tous les yeux des clients rivés vers elle. Ce qui ne lui plait pas forcément, ces tenues vulgaires, elle les garde dans son armoire lorsque le travail est terminé. Pour danser, un simple legging ou un collant ainsi qu'un tee-shirt lui conviennent parfaitement.


Caractère :
Victorica est de naturel plutôt vive, pleine de gaieté, toujours le sourire aux lèvres, les yeux pétillants, rayonnant de bonne volonté. Car il est vrai qu'elle n'est pas du genre à faire la tronche et à ronchonner sans cesse. Il est d'ailleurs bien difficile de la mettre en rogne, car Vic' ne supporte pas de perdre le contrôle, et ainsi d'entrer dans une rage folle. Ce qui peut lui arriver et croyez moi il ne vaut mieux pas se trouver dans les parages à ce moment là, car vous ne feriez pas de vieux os. Parce-que mine de rien, elle a de la force la rouquine et elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds , ça non ! Ayant un fort caractère bien trempé, elle est incroyablement têtue et bornée, quant elle à une idée en tête, elle ne la lâche pas et ce, même si c'est peine perdue. Pour ça, elle ne manque pas de témérité, ni de patience. Ses principaux défauts sont peut être son esprit enfantin et malicieux qui lui jouent parfois des tours, étant naïve et facile à dissuader, ne voyant jamais plus loin que le bout de son nez. C'est souvent comme cela qu'elle s'attire des ennuis … Son extrême honnêteté n'est pas toujours un avantage également, Vic' a toujours tendance à dire tout ce qui lui passe par la tête, manquant souvent de délicatesse et de tact. Mais il ne faut pas lui en vouloir, ça ne part (presque) jamais d'une mauvaise intention.
Cependant, ce qui dérange de nombreuses personnes chez elle, c'est sûrement son manque de tenue et de bonnes manières. Victorica est toujours décontractée et naturelle avec les autres, alors les formules de courtoisies, elle en fait souvent abstraction.
Autre particularité de celle-ci, son excentricité. Car la rouquine ne manque jamais de s'amuser, détestant l'ennui et les choses barbantes comme les repas dans des restaurants chics ou bien même les musées. Il faut que ça bouge avec Victorica, quitte à se montrer ridicule car selon elle :« le ridicule ne tue pas ».
Passons à ses passe temps : le tout premier est comme vous vous en doutez : la Danse, avec un grand D. Que ce soit du classique, de la danse de salon, du contemporain, du jazz, tout est bon pour Victorica. Tant qu'elle danse, tout le reste lui importe peu. Hormis cette passion dévorante, Vic' aime bien chanter également, de temps en temps. Ayant un timbre de voix assez particulier et mélancolique malgré le punch de celle-ci. Car il y a bien une partie sensible chez Vic', elle a beau jouer les filles fortes et amusantes, sa fragilité ressort toujours à un moment donné. La réalité la rattrape, elle a beau vouloir l'oublier, elle revient toujours à la charge, comme un aimant. Car ce n'est pas en voulant ignorer le passé que l'on réussit à aller de l'avant, ce que Victorica n'a toujours pas compris et ce, malgré ses efforts.


Autres : Victorica étant un Dhampire (ayant seulement 25 % de sang Vampirique), elle consomme assez réguilièrement du sang, uniquement qu'elle achète dans les commerces ou dans des bars.Toutefois ce n'est jamais en grande quantité et seulement lorsqu'elle en ressent la nécessité. Souhaitant se montrer comme une humaine parfaitement normale.


Son passé :


« Réveille toi ! Allez vite ! »

Entendis-je encore plongée dans mon sommeil. Cette voix qui me parut si lointaine, je ne la connaissais pas. Ce n'était pas celle de mes parents pour me dire d'aller à l'école, ce n'était pas non plus celle de mon frère ...

« Lève toi, allez ! »

Cria la même voix. Cette fois-ci j'ouvris les yeux, m'échappant de mes rêves. Devant moi se trouvait un homme, il était habillé de façon étrange. Je me frottai les yeux pour pouvoir mieux le distinguer mais je n'eus pas le temps de souffler un mot que celui-ci m'empoigna le bras, me tirant de mon lit. Ne comprenant rien, et ne sachant qui était cet homme, je résistai. Il se retourna alors vers moi, je ne pu voir son visage qui était couvert d'une sorte masque. Il me tira plus fortement le bras, insistant pour que je bouge de là, mais je restai parfaitement immobile. Et c'est alors qu'une odeur étouffante parcouru mes narines. Une odeur de brûler. L'homme se baissa à ma hauteur et me prit dans ses bras, quittant ma chambre d'enfant à grands pas. Descendant les escaliers, je regardai tout autour de moi, une épaisse fumée m'entourait. L'inconnu plaça sa main sur mon visage. De sorte que je ne puisse plus voir ni respirer. Je sentis une intense chaleur sur mes bras nus tandis que des cris familiers résonnèrent jusqu'à mes oreilles.
La main découvrit mon visage, je me trouvai alors dehors, en face de ma maison, enfin … De ce qu'il en restait. Des flammes jaillissaient des fenêtres, ainsi que sur le toit. Les yeux grands ouverts, je regardai cet intriguant spectacle. J'étais absorbée par ces flammes qui semblaient danser dans l'air. Tout semblait irréel autour de moi. Ce n'est que lorsque je vis le corps de mon petit frère tenu par l'un des hommes qui m'avait secourue, le visage blême, dénué d'expression, que je compris enfin que ce n'était pas un rêve, mais la réalité. Je m'échappai des bras de mon sauveur et me ruai vers mon frère.

« Jakov ! Ouvre les yeux, je t'en prie ! »

Aucune réaction, ce n'était plus qu'un cadavre. Les yeux ruisselants de larmes, je m'effondrai sur le sol, tout ça, s'en était trop pour une enfant de huit ans.

***
Cinq ans après ce drame, je me retrouvai dans une sorte de pensionnat pour orphelin. En attente d'une famille qui veuille bien de moi. Mais souvent, les entretiens tournaient courts avec ceux qui devaient être ma future famille d'accueil. Car les croisements entre vampires et humains étaient plutôt mal vus, et malheureusement pour moi, j'en faisais partie. Ainsi pendant près de deux ans, je restai au pensionnat, continuant mes études comme toute gamine à peu près normale. Je dis bien à peu près, car déjà j'étais jugée comme étant une élève insolente et irrespectueuse. Il était vrai que les cours ne m'intéressaient guère et que je ne faisais aucun effort. Mais il y avait bien une chose pour laquelle j'étais douée, le sport, et plus particulièrement la gymnastique, je n'étais donc pas une bonne à rien. Il y avait bien un domaine où je pouvais exceller et auquel je pouvais me rattacher.

***
L'année de mes seize ans, alors que j'avais abandonné tout espoir qu'un jour une famille voudrait de moi. Un homme d'âge moyen s'était proposé pour être mon tuteur, le temps que j'atteigne la majorité et que je puisse ainsi vivre par mes propres moyens. Je l'avais rencontré une seule fois, dans le bureau de la fondatrice de l'orphelinat. C'était un Américain, il s'appelait Steven, autant vous dire que ça changeait des prénoms Russes comme le mien. Il était veuf apparemment, et se sentant seul, il avait décider d'adopter, rêvant d'avoir un enfant et ce, même si sa femme était décédée. La première question que je me suis posée à son sujet était « Pourquoi vouloir une fille de seize ans ? » et la seconde « Pourquoi être venu jusqu'en Russie ? », ces réponses, j'allais les avoir peu de temps après , et ce, à mon détriment. Car Steven n'était pas aussi sympathique qu'il en avait l'air, il cachait très bien son jeu. Et malheureusement pour moi, je ne m'en étais pas rendue compte.
***
Après avoir remplis toute la paperasse administrative, et que je rassemble le peu d'affaires que j'avais en ma possession, je quittai donc le pensionnat, non sans aucune nostalgie. Cependant, vivre en Amérique avec mon tuteur m'enchantait. N'ayant jamais voyagé en dehors de ma Russie natale, poser mes bagages sur le sol Américain m'excitait davantage. J'étais alors sûre que je serai heureuse. Mais je me trompais …
***
Ma première année passée en Californie se déroula merveilleusement bien, Steven se montrait particulièrement charmant avec moi et j'avais intégré une haute école de danse classique. J'avais alors l'impression que la chance tournait en ma faveur.
Cependant, l'année suivante et celles qui suivirent furent atroces. Je fis l'affreuse découverte de la véritable raison qu'avait mon tuteur à m'adopter et à sa perversité morbide.
Son extrême gentillesse n'était qu'une façade, un piège. De sorte que je m'attache à lui, que je ne me doute de rien, et ça avait marché. J'étais tombée dans le panneau.
Tout commença par des regards insistants rivés sur moi, ou plutôt, sur mes formes. Puis il devenait de plus en plus proche, me câlinant de plus en plus, posant ses mains sales sur moi. Ce n'est qu'à partir de ce moment là, que je pris mes distances vis à vis de lui. J'aurais dû fuir, mais il était trop tard. Un soir, alors qu'il était rentré très tard et que Steven s'était complètement saoulé, il s'introduisit dans ma chambre. Alors que je dormais, il se faufila dans mon lit, manque de chance, sa respiration de gros beauf et son odeur d'alcool me fit sortir de mon sommeil. Me rendant alors compte de ce qu'il s'apprêtait à faire, je me mis à hurler et à gigoter dans tous les sens pour me libérer de son emprise, mais c'était inutile. Ma force ne dépassait pas la sienne, j'étais trop faible. J'avais beau lui mordre les bras, lui flanquer des coups de genoux, rien n'y faisait. Je ne pouvais pas l'arrêter.
Cette nuit-là, il m'avait souillée.
***
Je ne tins que quelques semaines avec cette honte qui ne cessait de me ronger. Maintenant encore, elle me ronge de l'intérieur, jamais je ne pourrai l'oublier, elle fait trop mal.
Je ne voulais plus le voir, plus jamais ne revoir cette expression sur son visage, plus jamais ! Alors j'entrepris de fuguer, juste avant qu'il ne rentre de son travail, j'avais pris la fuite. Pour aller où ? Je n'en savais rien. Tout ce qui m'importait, c'était de partir, très loin. Mon sac à dos à l'épaule, je marchai sur le bord de la route, avec seulement une cinquantaine de dollars en poche, dérobé dans le porte monnaie de Steven. J'envisageai de rejoindre la côte Est des Etats Unis, ce qui faisait une sacrée route depuis la Californie. Mais par chance, je fis la merveilleuse rencontre de Penn.
Alors que j'étais assise près de la chaussée, sur une bande métallique, une pancarte à la main marquée «  New Jersey », une petite voiture cabossée et bien usée s'arrêta près de moi. Une drôle de fille aux cheveux blonds mêlés de mèches noires baissa sa vitre, une cigarette à la bouche, elle m'interpella :

«  New Jersey … Je m'arrête pas loin, à Midnights. Je t'emmène s'tu veux. »

Un sourire aux lèvres, je me relevai et pris la place du passager, balançant mon sac sur la banquette arrière.

«  Ça marche ! »

Lui répondis-je avec entrain. La chance me souriait de nouveau j'avais l'impression.
Lors du trajet, j'appris que ma chauffeuse se nommait Penn, elle avait la vingtaine et devait retrouver son copain à Midnights, ville que je ne connaissais pas encore.

«  Que comptais-tu faire au New Jersey ? »

Me demanda Penn, les yeux rivés sur la route.

«  Eh bien … Je n'en sais trop rien à vrai dire. Je voudrais entamer une carrière de danseuse. »

Penn semblait dubitative, en pleine réflexion, mais elle resta silencieuse, imperturbable.
Passer une semaine entière avec elle dans une voiture inconfortable ne m'avais pas paru atroce. Loin de là, c'était une fille sympathique et extravertie. Jamais je n'avais autant rit avec quelqu'un il me semble.
Lors de notre arrivée à Midnights, elle me déposa devant un petit hotel, la gorge nouée, je la remerciai au moins une centaine de fois. Elle ne me demanda pas d'argent pour le trajet, ni pour les repas qu'elle m'avait offerts, c'était une personne en or. Mais malheureusement je ne reverrais plus jamais Penn.
***
Dorénavant, quelques années après mon arirvée à Midnights. J'ai réussis à mener une vie plutôt stable. Même si j'eus beaucoup de mal. Mon rêve de retrouver une école de danse classique était tombé à l'eau. Ici, il n'y a que des bars ou des boîtes de nuit qui sont intéressés par de jeunes danseuses comme moi. N'ayant pas le choix, je pratique désormais la danse de salon dans différents bars, changant d'employeur assez régulièrement, ce qui ne me rend pas malheureuse. J'ai même ma petite réputation à vrai dire. Je conserve tout de même l'espoir de monter les échelons dans le domaine du spectacle, et de la danse notamment, même si ce n'est pas gagné d'avance.



Sa famille : Victorica avait un petit frère ainsi que deux parents dont son père était un Dhampire, mais lors d'un incendis dans la demeure familiale en Russie, ils sont tous décédés.

Votre pseudo : Sookie
Age : 16 ans ( oui je sais je suis une jeunette mais j'ai l'autorisation du grand Administrateur )
Depuis quand joues-tu sur les forums rps ? : Depuis bientôt deux ans.
Comment trouves-tu le forum (concept et graphisme) ? : Parfait, je n'ai rien d'autre à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Victorica Vespertatia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Diary :: L'administration :: Recensement des citoyens :: Les disparus-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit